La première femme accusée de piratage informatique

  • par
La première femme accusée de piratage informatique

piratage informatiqueValérie Gignac, une habitante de Saint-Alphonse-Rodriguez, vient d’être arrêtée pour piratage informatique. Âgée de 27 ans, cette spécialiste en informatique est accusée d’avoir infiltré des ordinateurs afin d’y ouvrir des sites pornographiques extrêmes. En tout, huit personnes auraient été victimes de cette femme hacker, dont certains seraient encore mineurs. L’accusée est aussi soupçonnée d’avoir volé des données personnelles à ses victimes.

Retour sur les faits

ordinateur-justiceL’affaire remonte au mois de juillet 2012 entre le 1er et le 4. Valérie Gignac aurait infiltré des ordinateurs situés au Canada et ailleurs afin d’y déposer un logiciel malveillant d’espionnage. Ce dernier lui permettait également de prendre le contrôle des ordinateurs infectés. Durant ces prises de contrôle, Valérie Gignac aurait ouvert des sites pornographiques extrêmes de sorte à obliger les propriétaires à regarder. Parmi ces derniers, certains étaient d’ailleurs âgés de 6 à 9 ans.

Interpellée à la moitié du mois d’avril de cette année, elle est passée devant le tribunal de justice de Joliette le mercredi 29 avril. Les chefs d’accusation retenus contre elle sont : « utilisation non-autorisée d’un ordinateur » et « méfait à l’égard de données ». Cependant, la liste des accusations pourrait s’allonger une fois l’analyse des ordinateurs saisis à son domicile effectuée. Elle devrait revenir devant le tribunal d’ici le mois de juin pour la sentence définitive.

Une première

piratage
C’est la première fois qu’une femme se retrouve accusée de piratage informatique. Valérie Gignac serait également l’administratrice d’un forum de piratage ainsi que la propriétaire d’une chaine YOUTUBE dédiée à cette activité. Cette dernière a d’ailleurs été la principale piste utilisée par les policiers lors de l’enquête pour retrouver la trace de Valérie Gignac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *